Dans un entretien devenu célèbre à propos du féminisme (lien en commentaire), Zemmour avait reconnu à propos de l'énergie virile, qu'on pourrait désigner métaphoriquement par la testostérone, qu'il fallait pouvoir non pas la supprimer mais la canaliser. Cela m'est revenu à l'esprit avec l'affaire Benalla, ce chef de la sécurité de Macron qui s'est emballé, qui est parti en vrille en se croyant invincible. L'un des effets piégeux de la testostérone en excès, c'est malheureusement de pécher par excès de confiance. Au fond, nous devons la plupart de nos problèmes à ce travers. Que ce soit les deux guerres mondiales qui ont finalement facilité l'essor du féminisme une décennie plus tard par dégoût des tranchées, ou encore les fanfaronnades de Saddam Hussein parti à l'aventure pour envahir ses voisins, et qui a récolté l'humiliation pour des siècles à venir, etc. Oui le masculinisme c'est la prise de risque. Mais l'une des forces de MGTOW réside me semble-t-il dans le fait qu'il s'agit d'une prise de risque calculée, intelligente, et maîtrisée. Mieux vaut décliner un affrontement asymétrique, sans y laisser son honneur, que présumer de ses forces et causer une catastrophe comme celle du Benalla gate.